AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Samuel Andrei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel Andrei
Mécano_Chimérique
Mécano_Chimérique
avatar

₪ Messages : 12
₪ Âge : 27 ans
₪ Nationalité : Américain par droit du sol, mais français et italien de ses parents.

₪ Feuille d'Intrigue ₪
Participation à l'Histoire: Oui
Carnet de bord:
Avancement dans l'Histoire:
0/0  (0/0)


MessageSujet: Samuel Andrei   Sam 5 Juin - 23:26

₪ SON IDENTITE ₪

- Nom : Andrei
- Prénom(s) : Samuel
- Surnom(s) : Sam’
- Âge : 27 ans tout ronds
- Nationalité : Américain par le sol, français et italien par ses parents.
- Statut : Mécanicien, il sait aussi bien réparer des voitures que les robots. Il travaille dans un petit garage et vit tant bien que mal.
- Orientation sexuelle : Bisexuel.
- Participation à l'Intrigue : Oui !

₪ SA PHYSIONOMIE ₪

- Physique : Mince, peu musclé, grand, pâle. Voilà les quelques grandes caractéristiques de Samuel.
L’américain frise le mètre quatre-vingt-cinq pour soixante-sept kilos. Malgré son travail, il ne possède que le strict minimum de muscles, légèrement dessinés sur son torse. Ses poignets sont fins, et ses jambes semblent interminables. Sa peau est blanche comme le lait, le jeune homme ne bronze absolument pas, ou très peu et très lentement. De même il n’attrape pas de coup de soleil. En même temps, avec le smog de Los Angeles, l’ère des crêpes sur la plage est définitivement révolue. Ses mains sont grandes, fines mais abîmé par les années de travail, les paumes sont dures et couvertes de cicatrices et même de brûlures, témoignages de sa négligence. Autre indice de son occupation : les ongles coupés courts. Contrairement à la plupart de ses collègues, Samuel n’a que rarement le dessous des ongles sales, il prend toujours bien soin de les nettoyer efficacement à la fin de son service.
Son visage est plutôt fin et jeune. Les gens sont souvent surpris de savoir qu’il approche de la trentaine. Un nez droit et au bout pointu. Des lèvres fines, pâles, rarement boudeuses ou tristes. Des yeux un peu trop grands, bleus très clairs, presque transparents. Des cheveux roses. Le point qui fait tiquer les gens dans la rue et ses clients. Courts, souvent partant dans tous les sens, légers, en bonne santé… mais roses. Cette couleur est l’une des raisons pour lesquelles l’américain a eu beaucoup de mal à trouver du boulot malgré ses recommandations et son savoir-faire.
- Allure : Samuel se tient droit et marche droit. Son regard est franc et reste fièrement levé. Il se respecte et ça se voit.
- Goûts vestimentaires : Le mécano s’habille un peu n’importe comment. Un vieux t-shirt fatigué imprimé du logo d’un groupe mort depuis des années, une chemise rafistolée à laquelle il manque des boutons, un jeans bleu couvert de tâches de peinture et de cambouis, un jeans noir déchiré et effiloché, des baskets usées jusqu’à la cordes, des chaussettes trouées. Voilà sa garde-robe habituelle. Bien entendu il possède également des costumes et de belles chaussures cirées, mais il ne les a mis que durant les entretiens d’embauche.
- Signes particuliers : Deux anneaux noirs à l’oreille droite.

₪ SA PSYCHOLOGIE ₪

- Généralités : Samuel est quelqu’un de plutôt calme. Il ne s’énerve que très rarement et uniquement si c’est à propos de choses graves ou dangereuses. Le mécano a la rancune tenace, il n’oublie pas de sitôt les coups foireux qu’on lui a fait. Il ne se venge pas… Du moins pas la sorte de vengeance cruelle que l’on imagine dans ses rêves, mais s’il en a l’occasion, il mettra des bâtons dans les roues de celui qui l’a offensé. Samuel est donc quelqu’un de fier mais pas au point de devenir arrogant. Il est honnête et ne ment pour ainsi dire jamais. D’humeur souvent belle, il est capable de remonter le moral des gens en moins de deux. Samuel est doué d’une empathie certaine, rares sont les gens qui sont capables de lui mentir sans qu’il ne s’en rende compte. De même si quelqu’un est dans le besoin, le mécano tentera par tous ses moyens de lui venir en aide. L’américain ne supporte pas la violence, il ne s’est jamais battu, mais a souvent reçu des coups en tentant de se mettre entre deux bagarreurs. Il ne faut pourtant pas croire qu’il soit apathique et qu’on puisse lui faire tout ce qu’on veut. Samuel ne se laisse pas marcher sur les pieds et si les choses ne lui plaisent pas, il n’hésitera pas à le dire. De nature bavarde, le garage où il travaille est souvent la scène de ses monologues interminables et que personne n’écoute.
Mais derrière cette façade, Samuel est quelqu’un de très seul qui cherche désespérément l’attention et l’affection des autres. C’est pour cette raison que les mauvaises langues le disent homme facile. Il ne refuse que rarement d’entrer dans une relation. Sérieuse ou d’un moment. Samuel a soif d’intérêt. Il est très curieux et se mêle souvent de ce qui ne le regarde pas. Il a une opinion sur la plupart des choses et réfléchit beaucoup. Son imagination est fertile et ses pensées vont d’un sujet à l’autre, ses interlocuteurs ont d’ailleurs parfois du mal à comprendre la cohérence de son esprit.
- Vices : La cigarette et le café.
- Aime : Les oranges, la compagnie, les pâtes au fromage, la viande rouge, la littérature.
- N'aime pas : Le silence, la tristesse, le citron, la pitié, l’arrogance.
- Sociabilité : D’un abord très facile, Samuel n’a jamais de mal à lier connaissance avec les autres. Il n’a aucun préjugé et accepte les autres tels qu’ils sont, tant qu’ils respectent eux-mêmes les autres.

₪ SON HISTOIRE ₪

- Passé :Samuel est né dans une petite ville du Colorado le 26 août 2123 d’une mère italienne et d’un père français. Enfin… D’un incubateur plus précisément, comme la plupart des gens. Ses parents habitaient en Amérique depuis une vingtaine d’année et n’étaient pas mariés. Son père, François Meunier était un employé haut-placé de la Citi Bank et ses voyages d’affaires étaient fréquents. Samuel ne le voyait que très rarement. Sa mère, Sara Andrei était chef cuisinier d’un restaurant quatre étoiles et n’était guère à la maison que deux ou trois fois par semaine.
Samuel fut donc élevé par une nourrice. Qui changeait tous les vingt mois environs à cause de la jalousie de sa mère qui craignait que François n’entretienne une relation sexuelle avec ses employées. Puis lorsqu’il atteignit les cinq ans, Sara convainquit François d’investir dans un robot. Robot de première génération : S-145jh. Sans frère ni sœur, le futur mécano passait ses journées avec un tas de ferraille incapable d’émotion réelle et d’affection. Malgré tout, Samuel faisait bonne figure, il ne se plaignait jamais et ne s’accrochait pas à sa mère lorsque celle-ci était à la maison. Les années passèrent, Sam’ grandissait plus ou moins normalement et était premier de classe. Il travaillait dur tous les jours et passait parfois des nuits blanches à étudier pour un examen. Tout cela dans le but d’atteindre ses parents, d’obtenir un peu de leur temps. Mais quand sa mère signait ses bulletins, elle se contentait d’un « C’est bien mon chéri ». Lorsqu’il eu quinze ans, Samuel comprit que bonnes notes ou non, ses parents ne lui prêteraient jamais une véritable attention. Ses notes baissèrent mais pas de façon dramatique car toutes ces années d’apprentissages forcés avaient portées leurs fruits. Mais même ça, ses parents ne le remarquèrent pas.
François décéda en 2140. Sara le suivit quelques années plus tard en 2143. Samuel se retrouva seul. Complètement seul. Il avait alors vingt ans. Il avait fini ses études et travaillait comme vendeur dans une grande-surface en réfléchissant à son avenir. Ces pertes successives ternirent un peu sa personnalité enjouée. Il ne riait plus autant qu’avant, mais conservait toutefois son sourire. Même s’il n’avait que très peu connu ses parents, il les aimait beaucoup. Cependant, il y avait une partie bénéfique à leurs morts. François et Sara étant un peu grippe-sou de leur vivant possédait tous les deux une belle somme de côté qui revinrent à Samuel. Celui-ci décida alors de prendre des cours du soir et obtint son diplôme de mécanicien rapidement. Il quitta alors son job de vendeur pour partir à la recherche d’un garage en manque de mains.

Aujourd’hui cela fait cinq ans qu’il travaille pour ce petit garage à Los Angeles (il y avait déménagé six mois après la mort de sa mère.) et il possède un petit appartement remplis de morceaux de fer, d’assemblages incomplets de machines extravagantes et de boulons. S-145jh ayant été revendu lorsqu’il avait dix-sept ans, Sam’ s’est racheté un vieux robot première génération d’occasion, JK-258f, auquel il a rajouté quelques petites améliorations de son cru ainsi qu’une PersonaFix améliorée également.

/Juin 2150/
« Sam’ ! T’es au courant pour l’Eventreur de L.A. ? »
Samuel relève la tête du moteur qu’il vérifie, essuie ses mains noires de cambouis sur un torchon peut-être encore plus sale. Celui qui a parlé c’est un petit nouveau. Deux mois qu’il est là et il enchaine pause après pause. Il pause plus qu’il ne travaille. Mais ça ne dérange pas Samuel.
« Le quoi ? »
« Me dit pas qu’tu sais rien ? Tu m’étonnes là ! Allez Andrei, t’dois bien en avoir d’jà entendu parler ? »
L’italien hausse les épaules. La façon de parler de… du nouveau l’exaspère un peu, il avale ses mots pour parler de plus en plus vite.
« Raconte, tu sembles si bien au courant. »
« C’mon ! Il a tué Mark Buren. T’dois bien l’connaitre c’type ? L’mari de Rita Buren ?... La célèbre Designer ? Et même une pauv’ fille encore à l’université. »
Samuel s’appuie contre la voiture – une Mercedes – et glisse une cigarette entre ses lèvres, l’allume, aspire une bouffée et répond d’un ton nonchalant.
« Jamais entendu parler. »
« C’tait dans TOUS les journaux ! Merde, comment t’as raté ça ? »
Le nouveau s’excite, lève les bras, s’agite. Samuel sourit et réplique.
« Hmm. Pas trop le temps de feuilleter un journal depuis ces deux derniers mois. Et tu sais pourquoi ? »
« Hein ? »
« Parce que le nouveau qui était sensé m’aider, glande toute la journée ! »
Le nouveau se calme et grommelle quelques paroles indistinctes avant de se mettre au travail. Samuel termine tranquillement sa cigarette puis retourne lui aussi dans le capot de la voiture.

Le soir.

« Hep Brad Pitt ! »
Le robot émet un grincement misérable et se dirige vers son propriétaire. Samuel coince sa cigarette au coin des lèvres et tripote quelques boutons. L’ordinateur intégré bascule lentement pour permettre au mécano de l’utiliser. Malgré son indifférence cet après-midi, il s’en veut d’avoir raté une chose pareil. Lui qui d’habitude est le premier au courant de tout. Faut dire qu’en ce moment, Andrew, son petit-ami, un anglais fraichement arrivé sur le continent de l’Amérique, lui prend tout son temps en-dehors du boulot. Aujourd’hui encore, Samuel a dû attendre qu’il s’endorme pour pouvoir utiliser JK-258f, qu’il a rebaptisé Brad Pitt selon un vieil acteur connu, mort bien avant sa naissance. Il fait défiler du doigt les pages web. Si JK est un vieux modèle rouillé, ses accessoires sont à la pointe de la technologie, adaptés par les bons soins de Samuel. Soudain un gros titre lui saute au visage. C’est un article vieux de quelques semaines. L’italien dévore en quelques minutes celui-là et bien d’autres. Lorsqu’Andrew se réveille, Samuel ne s’est toujours pas couché. L’anglais soupire. Il semblerait que son amant ait trouvé une nouvelle passion… Et l’anglais le connait assez bien pour savoir qu’il ne lâchera pas l’affaire avant d’en avoir le dernier mot. Il semblerait qu’il soit temps pour lui de le quitter.

- Famille : Samuel est orphelin depuis maintenant sept ans. Il n’a pas de petit(e) ami(e) régulière et ne ressent pas le besoin de fonder sa propre famille.


₪ INFORMATIONS IRL ₪

- Comment avez vous découvert le forum? Par une suite de liens de partenariat.
- Que pensez vous de ce dernier? La première chose qui m’a attiré, c’est le design. Ensuite… deux semaines après, je suis revenue voir, et j’ai lu le concept. J’ai totalement adhéré ! Donc me voilà. Pour votre bonheur… ou pas !
- Comment définiriez vous votre niveau RP? Il faut que je me remette dans le bain (et oui, six mois sans rp…), mais je peux faire entre 600 et 1000 mots. Tout dépend de ce qui se passe en face de mon personnage. (Ne jugez pas trop sur la fiche, je préfère faire évoluer mes persos dans le jeu)…
- Quelle sera votre fréquence de passage? J’étudie encore, et bientôt les examens. Donc pour les trois/quatre prochaines semaines, je ne pourrais pas passer beaucoup. Mais ensuite tous les jours ou tous les deux jours. (Mais si ça se trouve, vous ne verrez même pas la différence. Je suis faible avec internet. Haha !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justice Faith Sebastian
Employée à Kraftwerk Mechatronics
Employée à Kraftwerk Mechatronics
avatar

₪ Messages : 724
₪ Âge : 33 ans.
₪ Nationalité : Double nationalité : Américaine et Japonaise.

₪ Feuille d'Intrigue ₪
Participation à l'Histoire: Oui.
Carnet de bord:
Avancement dans l'Histoire:
68/100  (68/100)


MessageSujet: Re: Samuel Andrei   Dim 6 Juin - 2:34

Une très très bonne fiche, tiens donc! =)

Je te valide sans souci, bienvenu sur le forum Samuel! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Andrei
Mécano_Chimérique
Mécano_Chimérique
avatar

₪ Messages : 12
₪ Âge : 27 ans
₪ Nationalité : Américain par droit du sol, mais français et italien de ses parents.

₪ Feuille d'Intrigue ₪
Participation à l'Histoire: Oui
Carnet de bord:
Avancement dans l'Histoire:
0/0  (0/0)


MessageSujet: Re: Samuel Andrei   Dim 6 Juin - 2:35

Merchiii Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Samuel Andrei   

Revenir en haut Aller en bas
 

Samuel Andrei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moutons électriques :: Justifications Administratives :: Dossiers Anthropométriques et Mécatroniques :: Signalétique Humaine-