AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nodvoni, Petar Nodvini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Petar Nodvoni
Homme cultivant le Passé
Homme cultivant le Passé
avatar

₪ Messages : 105
₪ Âge : 38 ans
₪ Nationalité : Américo-Tchétchène

₪ Feuille d'Intrigue ₪
Participation à l'Histoire: Oui
Carnet de bord:
Avancement dans l'Histoire:
2/100  (2/100)


MessageSujet: Nodvoni, Petar Nodvini   Lun 5 Avr - 21:51

    ₪ MON IDENTITE ₪

    - Nom : Nodvoni

    - Prénom(s) : Petar si on vas plus vers l’ouest sa serait Pyort mais à l’est sa serait peter

    - Surnom(s) : on l’appelle Pet’ de temps en temps mais pour ceux le connaissant vraiment c’est Pit les raisons vous les connaitrez bien vite si vous le fréquenter.

    - Âge : 38 ans et oui déjà dieu que le temps file.

    - Nationalité : Américaine mais d’origine Tchétchène il représente la première génération à avoir eu la nationalité américaine par la naissance.

    - Statut : Homme à (presque) tout faire.

    - Orientation sexuelle : Il est totalement hétérosexuel et fort heureusement sinon ses ancêtres se retourneraient dans leur tombe.

    - Participation à l'Intrigue : Oui.

    ₪ MA PHYSIONOMIE ₪

    - Physique :

    La première chose qui vous marquera en croisant Petar sera peut être sa carrure, il est un homme très muscler, mais même si on pourrait penser que c’est naturel de croiser de tel gaillard à notre époque avec toutes ses drogue pour prendre de la masse musculaire avec un minimum d’effort. Pourtant on ce rend très vite compte que ce n’est pas le cas de cette homme non c’est du naturel il n’est certes pas découper au scalpel mais joliment dessiner disons qu’à notre époque grandement automatiser il est plutôt rare de croiser encore de tel personne. D’une taille correcte il accuse un mètre quatre-vingt sept tout affichant à la peser un poids de cent kilos, une bête de muscle pour faire simple, il y a de sa un siècle bien tassé on l’aurait surnommer un bon pécore, mais maintenant savons nous encore vraiment ce que c’est surtout dans une ville tel que la cité des anges ? Petar cependant est loin de faire peur malgré cela, à la rigueur il est impressionnant car ce n’est pas courant ce genre de bonhomme. Un détail viens ce rajouter pour accentuer cette « originalité » c’est bien entendu sa couleur de peau que l’on pourrait qualifier café au lait, celle-ci lui à fort heureusement encore jamais créer de problème, c’est peut être de la chance, à moins que notre société est suffisamment évoluer pour devenir mature et ne plus s’arrêter à ce genre de détails.
    Notre cher Nodvoni à les trait du visage plutôt creuser plutôt fin à condition de faire abstraction de cette grosse mâchoire carré et une fâcheuse tendance à tirer une gueule de trois pieds de long en permanence. Une chose est sur c’est que jamais une seule femme n’est venu à lui d’elle-même. Petar reste donc parfaitement conscient qu’il est loin de ressembler à un appolon et de toutes façon il ne cherche pas à le devenir, il est fier de ce qu’il est, de ces mains au doigts épais et des cales de cornes qu’il a sur les paumes de sa mains. Tous ces petits détails qui lui rappel d’où il sort et qui raconte la vie qu’il à mener jusqu’ici, celle d’un travailleur certes comme tout le monde mais lui contrairement à tous ces technicien, expert en électronique et autre métier touchant à toutes cette technologie à laquelle l’homme devient dépendant , lui a travailler dans du manuel, du physique enfin dans un métier et à un endroit ou l’automatisation n’a pas encore prit possession de tout.

    Hormis ces quelque détails il y d’autre aspect de son physique qui font que le tchétchène à tendance à marquer les esprits, tout d’abords sa longue chevelure d’un blanc laiteux qui rentre en total contradiction avec son âge guère avancer, pourtant lui y est habituer il les a toujours eux ainsi d’aussi loin que remonte ses souvenirs. Il n’ira pas jusqu’à dire qu’il les aime ainsi mais sa ne resterait pas loin de la vérité, ceux-ci sont mis en « valeur » selon lui grace à la coupe qu’il à mis du temps à choissir une vaine tentative pour ce donner un style américain. Sa chevelure est donc plutôt courte et coiffé en brosse avec il faut l’avouer un certain soin sur la plus grande partie de son crane à l’exception de l’arrière de sa tète qui est en faite une fine queue de cheval suffisament longue pour descendre jusqu’entre ses omoplates. Ses mirettes quand à elle sont d’un bleu gris très pales, une couleur t’elle que ces yeux donne l’impression d’être vide si il ce contente de vous fixer avec insistance.

    - Allure :
    Nodvoni junior affiche naturellement une démarche quelque peut académique qui semble rappeler la marche au pas militaire, donc une démarche rythmer et aussi renouveler que le mouvement d’un pendule, de temps en temps lorsque la situation s’y prête il tente de régler le problème mais la il ce cause plus de tord qu’il ne règle de problème. Celle-ci deviens littéralement mécanique un peut comme les Androïdes de toutes première génération et bien que ce soit caucase personne n’a jamais voulut lui signaler, la tranche de rigolade qu’il offre doit être tellement bonne que personne n’a envie d’y mettre un terme. Fort heureusement pour le jeune homme cela reste un moment rare qui surviens plutôt lorsqu’il souhaite attirer le regard d’une représentante de la gente féminine pour laquelle ce petit organe qu’on nomme le cœur c’est mis à battre dans un rythme effréné, sinon tout simplement quand il est stresser.

    Petar à aussi la fâcheuse tendance à rouler des mécaniques de façon plus que prononcer à tout bout de champ et ce de façon plus que prononcer, il est un homme plutôt bien batit et il ce plait à le montrer c’est pour sa que plutôt que de réfréner cet tendance qui le catalogue au prêt des passantes comme l’arrivée d’un macho en puissance, il l’accentue à la limite du ridicule tout en tachant de ne pas passer la frontière de celui qui veut qu’on le remarque, de celui qui est simplement fier du corps que la nature lui a fait don. Il est humain et il aime sa donc il n’hésite pas à l’étaler devant tout ceux qui le croise.

    - Goûts vestimentaires :

    Le Tchétchène est un homme qui aime ce qu’on appel le style retro, celui du biker des années 2000, étant tombé amoureux de ce style vestimentaire qui n’est pas sans rappeler l’âge d’or de l’humanité, ce fut un style qu’il adopta très rapidement, bien que le problème principal fut évidement de réussir à ce fournir ces frusques, et à défaut d’avoir du vrai cuir par manque de moyen. Le jeune homme du ce contenter d’économiser pour s’offrir du synthétique sortie d’usine une cruelle déception, bien que ces imitations soit de nos jours plus vrai que nature. Il ne désespère cependant pas d’en trouver du véritable un jour, si dame fortune voulait bien lui sourire.

    Vous pourrez donc croiser notre homme toujours affubler d’une veste en cuir sur lequel ce trouve cousue le mythique aigle qui fut mondialement connu comme emblème de la marque Harley Davidson, celui-ci ayant déjà quelque année au conteur, il a malheureusement déjà connue les ravages du temps comme pour la manche gauche qui on vu les coutures au niveau de l’épaule lâcher, voir encore le vrai faux cuir commencer s’écailler. IL en est de même pour ses pantalons en jeans ceux-ci commence à avoir fait leur temps et sont déchirer par endroit. Bien entendu nombre de personne le lui signale mais il ce contente de faire passer cette vétusté pour un acte planifier afin de donner plus de caractère à sa garde robe, enfin sa reste la bonne excuse pour ne pas répondre qu’il est faucher comme les blés depuis plusieurs mois maintenant. Quand au reste sa reste dans le basique et plutôt dans les ton sombre.

    - Signes particuliers :

    Le seul signes particulier physique qu’arbore Petar est une cicatrice en forme de croix sur son torses souvenir récent qui lui rappel combien los Angeles peut être dangereux. Sinon son accent de l'est à trancher au couteau parle de lui même avant même qu'il ce présente on le prend pour un étranger.

    ₪ MA PSYCHOLOGIE ₪

    - Généralité :

    La toute première chose qui peux définir le caractère de monsieur Nodvoni junior est son caractère en acier forge, cet homme est une véritable tète de bois, un battant toujours prêt à défendre ses idées jusqu’au bout et le faire changer d’avis c’est comme tenter de faire changer de cap un avion de ligne avec un ventilateur. Il sait ce qu’il veut et il ce donne toujours les moyens, sa patience est ce qu’il considère comme sa meilleur arme, en revanche son franc parler est peut être son plus gros problème, celui-ci l’aidant souvent à régler bon nombre de problème mais lui en créant bien plus. Cependant il n’est pas prêt à s’en débarrasser sa fierté étant pour lui plus importante que sa tranquillité. Malgré tout cela il reste un homme qui a la tète sur les épaules ne cherchant pas à atteindre l’impossible bien sur il a des rèves, qui n’en a pas mais ceux-ci reste modeste et atteignable avec un peut de bonne volonté et pas mal d’huile de coude, une chose dont il ne manque pas rien n’est trop sale pour lui si sa lui permet d’avancer à condition de rester du bon coté de la barrière définit par la loi. En effet il est et restera un homme qui respecte les règles établi par la société de la plus stupide à la plus utile, loin d’être un justicier ou encore une personne allant jusqu’à harceler les personnes ne respectant pas une interdiction de jeter des papiers par terre, cependant il ne restera pas inactif devant ce qu’il jugera être une injustice ce déroulant sous ces yeux et ce même si sa concerne de parfait inconnu quitte à s’attirer des ennuis lui-même.

    Petar est une personne en retard sur son époque et loin d’être dans le mouvement actuel de la cité des anges, la fêtes il l’a fait bien évidement mais il n’en fait pas une priorité loin de la. Petar est un arrière gardiste il aime la société comme elle étaient encore il y a cent cinquante ans ou les hommes pouvais vivre leur vie comme il l’entendait loin des nuages de pollution et surtout sans ce nuage de pollution, il était loin de tous avoir une vie saine mais comparer à maintenant c’est le jour et la nuit. Petar envie le mode de vie qu’il avait avant, un mode où homme comme femme n’était pas encore totalement dépendant de la technologie et avait bien moins de problème que de nos jours, le plus gros avantage était surtout qu’il n’y avait pas ces erzate d’être humain qui parcourait les rues pour remplacer l’être humain. C’est pour ces raisons et bien d’autre que Petar tente de s’accrocher désespérément à un passé révolu refusant les avancé technologique il est encore un homme à ce raccrocher au technologie passé, travailler sur de vieille montre à ressort ou faire des travaux d’artisanat voila ce qui lui plait.

    - Vices :

    Petar cultive le vice de l’alcool et il faut avouer que c’est pour sa qu’il en ce moment souvent sur la paille, car ce monsieur faute d’avoir du gout pour tout est du genre à aimer les alcools fermenté tranquille en fut plutôt qu’à ceux de production de masse. Le peut d’argent qu’il peut tenter d’économiser finit généralement dans un verre qu’il dégustera le plus lentement du monde à défaut d’en avoir en quantité. Sinon c’est un fanatique des animaux autant dire un vice difficilement cultivable dans une époque où il ne ce trouve plus à chaque détour de ruelle, dans un passé proche il en avait toujours autour de lui du faite de son métier, le hasard lui ayant fait perdre celui-ci il est dangereux pour vous d’avoir un animal de compagnie car vous risquez de vous retrouver avec une sangsue à vos basque. Sinon Petar fume mais c’est loin d’être comme un pompier, une esprit sain dans un corps (presque) sain voilà ce qui le botte.

    - Aime :

    Le Tchétchène est un manuel il aime tous ce qui peut mener à des travaux d’artisanat, il n’aime pas, il adore c’est son dada dans une époque où ce genre de tache est laisser à des mécatroniques il est donc difficile de rivaliser avec une main d’œuvre peut onéreuse il ce voit donc obliger de travailler pratiquement à perte, mais bon quand on aime on ne compte pas n’est ce pas ? Cet homme est aussi un amoureux des technologies passé et même dépasser il a passer son temps à les « étudier » et s’émerveille toujours autant devant faute de diplôme il ne peut pas en faire un métier mais il aime flâner dans les décharge pour trouver de vieux trésors. Il n’a pas non plus que le style du biker il en a aussi acquis la mentalité ou du moins il l’espère car il aime cet esprit des pionner de ce genre sur leur vieille bécane qui pouvait sauter et essorer la poignée pour prendre le large comme bon leur semblait afin d’avaler du bitume.

    - N'aime pas :

    Le jeune à une profonde aversion pour tout ce qui est de la technologie new âge, il trouve qu’elle asservit les humains de plus en plus et fait tous ce qu’il peut pour la rejeter et à plus forte raison les mécatronique, ces pales copie de l’être humaine sont pour lui une profonde insulte qui marque l’humanité et qui n’a pour but que de les remplacer, d’un naturel sceptique il sait qu’un jour ceux-ci seront plus nombreuse que les humains et finiront par devenir autonome, libérer de toutes contrainte et hors de contrôle. Bien que haïssant les robots son sens moral lui interdit de les détruire pour un simple besoin de tenter de les contrôler car bien qu’étant qu’un amas de fibre et de composant électronique elles sont innocentes, elles n’ont pas demandé à vivre pour le moment du moins. En revanche un concepteur ou un développeur de ce genre d’horreur à toutes la haine du jeune homme et il n’attendra qu’un motif de leur refaire la façade, ils sont pour lui que des personne jouant à dieux en tentant de reproduire une chose inestimable et de plus en plus rare, la vie.

    Le Tchétchène à aussi une profonde aversion envers l’injustice, sous toutes ces formes de l’insulte gratuite pour une raison X au combat déséquilibrer à un contre plusieurs en passant par la torture psychologique du faible. Il n’est pas une personne connaissance toutes sortent de technique de combat ou autre truc du genre non il n’a que sa musculature et sa grande gueule pour lui, mais il s’interposera quand même quitte à y laisser des plumes.

    - Sociabilité :

    Au premier abord Petar n’est pas un homme au contact facile il est capable de vous aider sans rien demander en retour si ce n’est de lui foutre la paix, il peut aussi passer des heures à une table avec vous sans décocher un seul mot. La raison en est simple il ne sent pas à sa place dans cette ville il a l’impression d’être le mouton noir et évite de ce mélanger de trop. Donc les premiers contacts peuvent ce résumer à deux possibilité parler à un mur ou alors ce retrouver face à un gars qui a de la répartit et vous pourrira jusqu’à votre départ. C’est un homme à approcher avec précaution, c’est un dominant au fond de son âme et tenter de l’écraser comme première approche voir même de lui forcer la main ne peut et ne pourra jamais marcher.

    Pourtant si vous vous donnez la peine de percer cette carapace vous trouverez un homme fort sympathique toujours prêt à aider ceux en qui il a placer sa confiance et lui ont accordé la leur. Il a un cœur en or qui ne pardonne pas la trahison mais laisse une confiance aveugle jusqu’à ce moment la. Toujours est t’il qu’il faut gratter pour réussir à percer et connaitre cette facette.

    ₪ MON HISTOIRE ₪

    - Passé :

    Nodvoni Petar, fils d’un immigré Tchétchène et de mère américaine, né en l’an 2112 dans le village d’Oustock l’un des villages bordant la célèbre route 66, il résulte de l’une des rares grossesses naturel qui existe encore à notre époque bien qu’il y eut plus de six ans de tentative avant son arrivé. Voila comment peut ce résumer le début de la vie de ce garçon si fragile et qui est maintenant un homme. Quand à son enfance la c’est une autre père de manche et une histoire qui ne ce résume pas en quelque phrase. Les parents du petit bout de choux avait tenter leur chance en ayant leur propre commerce et pas n’importe lequel celui qui ce trouvait être un marché difficile à faire tourner mais tout de même lucratif enfin en apparence. Ils étaient tous deux éleveurs, les animaux de compagnie disparaissant de plus en plus, les prix au contraire s’envolaient et le meilleur ami de l’homme étant le chien voila ce qu’il élevait. Ils s’endettèrent jusqu’au coup pour ce lancer la dedans et pour leur banques ce fut aussi une bonne idée. Voilà la raison de leur présence dans une partie de l’Amérique si reculer, ils espéraient fuir ces énormes émanations de pollution engendrer par les mégalopoles et surtout il leur fallait de l’espace pour les couples de quadrupède placer sous leur tutelle.

    Voilà l’environnement dans lequel grandit Petar, un enfant qui bien qu’ayant peut de possession matériel vivait avec des animaux, il faut dire que c’est un privilège rare surtout pour des gens roulant guère sur l’or. L’affaire bien que ne marchant pas vraiment peut de naissance et beaucoup de sortit d’argent pour bichonner le fond de commerce, la famille Nodvoni ne connu pas la faim le peut de chien qui naissait était vendu si cher que sa servait à couvrir les créances et les achats de première nécessiter sans pour autant partir dans des trucs extravagant. Petar n’était pas à plaindre loin de la il était aimer avait le nécessaire syndical pour ce vêtir et il mangeait à sa fin, sans omettre bien sur une éducation correcte prodiguer par son père. L’école du village n’existait plus lorsqu’il eu l’âge d’y rentrer ce fut donc sa mère qui ce chargea de faire rentrer son crane les bases d’une scolarité, son père quand à lui ce chargea de tout ce qui était manuel et de transmettre ce qu’il avait appris sur le tas soit s’occuper des bêtes et surtout savoir les aimer.

    L’Oustock bien qu’étant un village perdu sur une route de plus de deux mille kilomètre ne manquait pourtant pas d’activité pour un enfant puis pour un adolescent, tous ses vieux routard qui passait dans leur gros bahut et s’arrêtait dans la cafète de la grosse Betty Lou avaient tous des histoires à raconter pour qui voulait bien les entendre. Ce furent ces briscards du bitume qui mirent dans la tète du jeune Nodvoni tout ces rêves concernant le passé. Ils parlaient tous du bon vieux temps dont leur avait parlé leur père ou leur grand père, voir ce qu’ils avaient connu eux même dans leur jeunesse. Ce fut aussi à leur contact qu’il développa sa grande gueule, avec eux si t’as pas assez de réparti tu te faisais bouffer verbalement du moins. Ils marquèrent Nodvoni junior bien plus qu’il ne voudra l’accepter mais dès son adolescence il partageait son temps entre l’élevage qui ne ce portait toujours pas mieux et les trucker qu’il connaissait bien maintenant. Ceux-ci finirent par l’initier à la mécanique sous l’insistance d’un enfant plus que curieux et plutôt habille de ces mains, chacun apprenant quelque ficelle il finit par avoir un niveaux correct, loin de vous régler un moteur de compétition au micron prêt mais au bien dessus du citoyen lambda.

    Petar était heureux et il ce voyait passer sa vie ici au grand air, loin des foules qui s’agglutinait dans les villes qu’il n’avait jamais connu juste entendu parler. Pourtant les affaires déclinait petit à petit les portée de chiot de plus en plus rare commençait à ne plus couvrir les traites, les animaux de départ mourant réduisait les ventes obligeant à en élever de nouveaux et Petar accompagné de son père ce mit à louer leur services dans le village pour divers travaux manuel histoire de rentrer un peut plus d’argent, des clopinettes vu ce qu’il leur fallait comme liquidité, surtout que qui dit petit village dit des possibilité de travail vite limiter, tout le monde repeint pas sa maison ou tombe en panne chaque jour. Ce fut comme sa que le jeune homme finit par quitter le cocon familiale à l’âge de 22 ans pour parcourir les routes avec des routiers, le permis il l’avait pas mais il fallait toujours des bras pour décharger dans les petites bourgade ou dans les entrepôts pas assez riches pour avoir des machines. Ce fut ainsi qu’il gagna sa vie pendant pratiquement 15 ans avant de revenir à la demeure familiale.
    La famille Nodvoni avait trouvé un « donateur » qui leur donnait chaque mois de quoi être tranquille, c’était le mari d’une designeuse célèbre apparemment ce Mr Buren avait acquis plusieurs chien ici et en était satisfait, il investissait donc pour en avoir d’autre dirons nous de façon gracieuse, enfin c’était l’accord stipuler et sa aidait bien la famille et leur affaires. Cependant la vie est cruel et frappe toujours quand on ce croit sortit d’affaire. Mr Bruner assassiner par un sérial killer voila qui ne l’es arrangeait pas du tout. Ce qui les arrangea encore moins ce fut que sa femme à qui appartenait l’argent apparemment demanda le remboursement ou tout du moins elle envoya ses avocat pour sa. Ce fut le glas pour eux le reste de la meute fut vendu à un prix inférieur au marché à cause de l’urgence pareil pour le matériel et le terrain ce fut de justesses que la maison fut sauvée.

    Voici donc maintenant quelque mois que Petar à prit son baluchon pour Los Angeles, pourquoi cette ville plutôt qu’une autre ? Et bien parce que celui qui les a foutu dans la merde et tout fait perdre en tuant s’y trouve, Petar n’étant pas un homme violent à quand même décider de tenter sa chance pour le débusquer, qui sait il y aura peut être une récompense à la clé et surtout il doit travailler pour envoyer de l’argent à ses parents. En quelque mois il à déjà apprit quatre chose, s’improviser enquêteur c’est loin d’être comme réparer un moteur la preuve pour le moment il piétine, travailler comme homme à tout faire en ville est une mission quasiment impossible. La chose la plus importante est qu’il hait la technologie et à plus forte raison ces résidus de technologie qui lui fauche sont travaille en étant de pale copie de l’être humain, plus le temps passe moins il les aime. La dernière est que la ville est dangereuse quand on y réside on doit apprendre à ce mêler de ses affaires, à ce mêler des affaires d’autrui il hériter de deux belle balafre au torse, tout sa pour avoir tenté de séparer des gens d’une rixe qu’il jugeait inégal, mais il n’est pas encore à laisser son sens de la justice le quitter, fort heureusement les blessures bien qu’ayant laissé une cicatrice furent superficielle. Pour le moment le jeune homme vie entre deux eaux parfois dans un motel crasseux à Gardena, de temps en temps dans un abri bus. Petar est toujours en période d’adaptation à cette ville ou tous les vices semblent être cultivé en batterie.

    - Famille :

    Il y a peut de choses à dire sur la famille du Tchétchène, des parents toujours vivant mais sans revenu, pas de frère ni de sœur. Il tente de gagner sa croute tout en leur envoyant de l’argent e espérant pouvoir les remettre sur les rails et leur offrir ce qu’ils lui ont offert étant jeune, une vie correct.


    ₪ INFORMATIONS IRL ₪

    - Comment avez vous découvert le forum? Une charmante personne m’a conviez à rejoindre ce forum et j’ai pas put résister c’est plus fort que moi.

    - Que pensez vous de ce dernier? Très beau design rien à redire y a encore eu une/des personne(s) qui ce sont donner du mal pour sortir quelque chose de si beau. Un Backround évolutif j’adore ce concept sa laisse une part de mystère qui attise ma curiosité sans pour autant forcer à choisir un camp donc une bien grande liberté bref ma fiche étant déjà assez longue je ne dirais que : « Sa c’est un forum qui me botte comme tous ceux que tu crée Mama Lupa »

    - Comment définiriez vous votre niveau RP?
    Aucune idée disons que les fautes et moi nous fréquentons intensivement mais que je me soigne que j’adore décrire l’environnement dans lequel je me trouve mais que j’ai plus de mal à faire passer les émotions …. Basique enfin je peut pas en dire plus je laisse les autre me juger mais je prend en compte toutes critique constructive ^^.

    - Quelle sera votre fréquence de passage?
je posterai une fois par semaine minnimum si j’ai un topic en cours bien sur sinon je passe chaque jour pour me tenir au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justice Faith Sebastian
Employée à Kraftwerk Mechatronics
Employée à Kraftwerk Mechatronics
avatar

₪ Messages : 724
₪ Âge : 33 ans.
₪ Nationalité : Double nationalité : Américaine et Japonaise.

₪ Feuille d'Intrigue ₪
Participation à l'Histoire: Oui.
Carnet de bord:
Avancement dans l'Histoire:
68/100  (68/100)


MessageSujet: Re: Nodvoni, Petar Nodvini   Dim 18 Avr - 22:20

Petaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarrrr-kun je n'avais pas vu que tu avais fini ta fiche excuse moi! >.<
Ainsi, je te valide, car j'ai beaucoup aimé ton concept de Biker qui vit dans le passé, et ton personnage a beaucoup de charme. Bienvenu sur le forum, le rp t'es ouvert! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petar Nodvoni
Homme cultivant le Passé
Homme cultivant le Passé
avatar

₪ Messages : 105
₪ Âge : 38 ans
₪ Nationalité : Américo-Tchétchène

₪ Feuille d'Intrigue ₪
Participation à l'Histoire: Oui
Carnet de bord:
Avancement dans l'Histoire:
2/100  (2/100)


MessageSujet: Re: Nodvoni, Petar Nodvini   Dim 18 Avr - 22:31

Content que sa te plaise ce petit bonhomme qui est anti avancé technologie. C'est pas grave si tu m'as point vu je suis quelqu'un de patient. Il me reste plus qu'à rp alors sa viendra vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nodvoni, Petar Nodvini   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nodvoni, Petar Nodvini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moutons électriques :: Justifications Administratives :: Dossiers Anthropométriques et Mécatroniques :: Signalétique Humaine-